À saveur locale !

Pour la plupart d’entre nous, manger est une partie de plaisir, une explosion de saveur en bouche. On ne peut cependant pas dire que ce fût toujours le cas lorsqu’on remonte à l’origine de l’homme. Jusqu’au début du Néolithique, il y a environ 10 000 ans, l’homme était un chasseur-cueilleur nomade dont la nourriture était essentiellement constituée de gibiers, de baies ou encore de racines. La plupart des chercheurs s’accordent à penser que nos ancêtres mangeaient aussi des végétaux (feuilles, pousses, etc.) et sans doute aussi, des graines sauvages. Les saveurs à l’état brut quoi! En devenant plus sédentaire à partir du Néolithique, l’homme va connaître le premier des grands changements alimentaires de son histoire. Et non, ce n’est pas l’arrivée des épices Club House! Il va commencer l’élevage d’animaux, ce qui lui permettra de manger de la viande plus facilement. Ensuite, en développant l’agriculture, il va produire des céréales, puis des légumineuses, des légumes et des fruits. Ainsi, il va pouvoir subvenir à ses besoins alimentaires. On peut donc affirmer que les hommes de l’époque mangeaient local!

Manger! Depuis quelques années, vous l’avez certainement remarqué, les Québécois s’intéressent de plus en plus à la cuisine. Ils remplissent leurs bibliothèques de livres de recettes écrits par des petits et des grands chefs. On peut parler ici de Ricardo, Louis-François Marcotte ou Marilou de Trois fois par jour. Ils ont envie de bien manger et les émissions culinaires explosent. Nos Facebook sont remplis de page de bouffe sans parler de toutes les photos d’assiettes créées par des légendes de la nourriture sur Instagram! La place accordée à la cuisine et aux recettes dans les médias a augmenté pour atteindre 5,9% du contenu. La cuisine, la table et les chefs québécois ont généré 1,4 fois plus de couvertures médiatiques que les gens d’affaires. En 40 ans seulement, nous avons acquis, en matière de gastronomie, une réputation de classe mondiale. Montréal et Québec sont désormais entrées dans la compétition contre les grandes capitales mondiales de la gastronomie. On peut être fier de nous les Québécois!

Manger local c’est une affaire pour tous! Aujourd’hui, on peut dire que nos agriculteurs du Québec travaillent encore d’arrache-pied pour subvenir à leurs besoins et satisfaire un grand nombre de consommateurs. En plus, manger des aliments produits ici, au Québec, c’est bon pour l’environnement en réduisant le transport des aliments, pour l’économie en créant et sécurisant des emplois dans nos régions et pour la santé, car ils contiennent de plus grandes valeurs nutritives.

Voici donc une recette de porc du Québec pour nous donner envie de manger local.

Carré de porc miel, moutarde, sauge et Chic Choc

Préparation: 25 minutes

Cuisson: 50 minutes

Portions: 6 à 8

Ingrédients:

  • 1 CARRÉ DE PORC du Québec de 6 à 8 côtes
  • 1 tasse de miel
  • ½ tasse de moutarde forte
  • ½ tasse de graines de moutarde jaunes ou noires
  • ¼ tasse de zeste d’orange
  • ½ botte de sauge, effeuillée et hachée
  • 2 c. à table d’huile d’olive
  • ½ tasse de fond de veau
  • ¼ tasse de Rhum Chic Choc
  • 6 petites échalotes françaises, pelées et coupées en deux
  • 2 gousses d’ail, hachées
  • Sel et poivre au goût

Préparation:

Placer la grille au centre du four et préchauffer le four à 200 °C (400 °F).

Dans un bol, mélanger le miel, la moutarde, les graines de moutarde, le zeste et la sauge. Saler et poivrer. Réserver.

Dans une grande poêle allant au four, à feu moyen-vif, faire chauffer l’huile. Y dorer le carré de tous les côtés. Saler et poivrer. Hors du feu, verser le mélange de miel et de moutarde sur la viande. Ajouter le fond de veau et le rhum au fond de la poêle, puis déposer les échalotes et l’ail tout autour de la viande.

Cuire au four de 45 à 50 minutes environ ou jusqu’à ce qu’un thermomètre inséré au centre de la viande indique 60 °C (140 °F) pour une cuisson rosée. Retirer le carré du four et couvrir de papier d’aluminium. Laisser reposer 15 minutes. Trancher entre les côtes et servir.

Pour terminer, il est important de varier ses aliments et de mettre de la couleur dans nos assiettes afin de rendre notre repas le plus attrayant possible!  

Bon appétit!

Retour