Le général Jacques Alfred Dextraze CC, CMM, CBE, DSO, CD

Général Dextraze, Chef d’état-major de la Défense

Général Dextraze, Chef d’état-major de la Défense

Il est important de prendre un moment et d’avoir une pensée pour tous ces gens dont le dévouement n’a d’égal que la qualité de leur travail et qui ont tracé la voie que nous foulons de nos pieds aujourd’hui.  Dans cette perspective, voici un bref survol de la vie d’un homme hors du commun, dont la mémoire est perpétuée par cet imposant bâtiment qu’est le pavillon Dextraze : le général Jacques A. Dextraze.

Sa carrière

La carrière militaire du général Jacques A. Dextraze fut pour le moins fulgurante.  Il se joint aux Fusiliers Mont-Royal en juillet 1940 comme soldat, puis reçoit sa commission d’officier alors qu’il est sergent. Quand il rejoint les combats en Europe en 1944, il se voit promu lieutenant-colonel alors qu’il n’est âgé de seulement 25 ans. Combattant audacieux, il se vit décoré à deux reprises de l’Ordre du Service distingué (DSO) pour sa conduite face à l’ennemi près de Falaise, France et de Groningen, Pays-Bas, aux termes de la Deuxième Guerre mondiale.

Le quartier général tactique des Fusiliers Mont-Royal, 29 avril 1945

Le quartier général tactique des Fusiliers Mont-Royal, 29 avril 1945

Jacques Dextraze, surnommé « Mad Jimmy », et plus tard « JADEX » est rappelé de sa carrière civile en 1950 par le brigadier-général Allard afin de prendre le commandement du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment, qui est déployé en Corée l’année suivante.  Le Bataillon s’illustre lors de la défense vigoureuse de la colline 355 où, abandonné par les forces américaines sous les attaques répétées et laissé ainsi à découvert sur deux flancs, il résiste malgré tout pendant quatre jours à l’assaut de 2 000 Nord-Coréens et Chinois.

Jacques Dextraze rentre au pays en décembre 1951 avec le titre d’officier du Très Excellent Ordre de l’Empire britannique (OBE). Il se voit alors confier le commandement de l’École du Corps d’infanterie royal canadien en 1957, puis celui du Camp Valcartier en 1960. En 1962, il est promu au grade de brigadier et nommé commandant du Secteur de l’Est du Québec.

Le correspondant de guerre de Radio-Canada International, René Lévesque, interview le lieutenant-colonel Dextraze en Corée, 1951

Le correspondant de guerre de Radio-Canada International, René Lévesque, interview le lieutenant-colonel Dextraze en Corée, 1951

En 1963, il devient le premier Canadien à occuper la position de chef d’état-major des Forces de l’ONU au Congo. L’impressionnante opération de sauvetage (non-autorisée) qu’il commande en 1964 lui mérite le titre de Commandeur de L’Ordre de l’Empire britannique (CBE), avec feuilles de chêne.

De retour au pays, il est promu major-général en 1967, puis lieutenant-général et Chef du personnel des Forces armées en 1970.  Deux ans plus tard, il est élevé au rang de général et nommé Chef d’état-major de la Défense, poste qu’il occupe pour une durée exceptionnelle de cinq ans.

Le général Dextraze prend sa retraite des Forces armées canadiennes en 1977 pour poursuivre une carrière civile en tant que président du Canadien National jusqu’en 1982. Il décéda le 9 mai 1993.

Signature des parchemins lors de la passation de commandement du Chef d’état-major de la Défense entre le général Dextraze et l’amiral Falls, 31 août 1977

Signature des parchemins lors de la passation de commandement du Chef d’état-major de la Défense entre le général Dextraze et l’amiral Falls, 31 août 1977

Le pavillon

C’est sur le site de l’ancienne piste d’athlétisme que l’édifice de 3 100 mètres carrés appelé à commémorer la mémoire du général Dextraze est construit. Conçu à l’origine pour abriter le Mess des élèves-officiers, le bâtiment regroupait sous le même toit le réfectoire, la salle de jeux, le magasin et d’autres services.  

À l’image du général, qui a laissé une trace indélébile dans l’historiographie militaire canadienne, ce pavillon occupe une place de premier plan dans le paysage et les activités du site.  Comme l’indique la plaque commémorative se trouvant dans le vestibule, la cérémonie officielle d’ouverture fut présidée le 2 octobre 1993 par Monsieur Clément Couture, député fédéral du comté de Saint-Jean, et le lieutenant-général Paul Addy, sous-ministre adjoint (Personnel), en présence de Madame Françoise Dextraze et d’autres membres de la famille.

Vue aérienne du Collège militaire royal de Saint-Jean

Vue aérienne du Collège militaire royal de Saint-Jean avant la construction du pavillon Dextraze, 1984

Avec la fermeture du Collège militaire royal de Saint-Jean en 1995, le pavillon est exploité par Buffet Irène à partir de 1998 avant que la Corporation du Fort St-Jean en reprenne la gérance en 2006.  Lors de la crise du verglas de 1998, le campus devient un centre d’hébergement et le pavillon Dextraze se transforme en centre de distribution des repas.

Le pavillon Dextraze du Collège militaire royal de Saint-Jean, 2013

Le pavillon Dextraze du Collège militaire royal de Saint-Jean, 2013

Aujourd’hui, le bâtiment sert toujours la communauté militaire et abrite de nombreux événements d’envergure, occupant des fonctions s’apparentant à celles d’un centre des Congrès, ce qui fait de lui un atout pour la communauté johannaise et régionale. Tout comme l’illustre homme duquel il tire son nom et les gens qui y travaillent, le pavillon Dextraze a su au fil des ans se tailler une réputation de premier ordre.

Texte par Éric Ruel

Retour